ÉCORCHÉ VIF

La nature morte qui convient le plus spontanément à l’image fabriquée, se tient aux limites de
l’objectivité et de l’artifice. La tentative d’appropriation de la nature apparaît comme une quête du
face-à-face de l’être avec l’objet inanimé.

Comme un jeu de distanciation critique vis-à-vis de la réalité, l’artiste joue avec ses crânes et ses peaux
végétales. Il émane de cette accumulation d’objets et de textures une aura magique dans laquelle la
matière des couleurs et la massivité des choses se réconcilient dans une atmosphère douce.
Offert à notre regard, l’immobilité de ces objets nous attire et nous repousse. Entre désir et dégoût, le
regard doute, un peu embarrassé. La mise en scène de ces objets les extrait de leur contexte et les
arrache à notre temps commun.

Le noir profond dans lequel sont plongées ces natures mortes leur confie une force plastique et remet
en cause leur réalisme. Dans l’intime de ces ruines du temps, face au néant, que puis-je voir ?

Entre réalité subjective et accentuation plastique de la mise en oeuvre, la confusion s’installe. Nos
impressions sont troublées, car seule l’enveloppe de ces objets photographiés, sensuellement
saisissable, fait allusion à leur existence. Juste une apparence. En tant que simulacre, l’idée de l’objet se
métamorphose dans l’oeil du photographe en matérialité vaporeuse.

Texte : Delphine Alleaume

2014 – “Vanité” 1, tirage sur papier argentique rc kodack – 4040 cm
2014 – “Vanité” 2, tirage sur papier baryté – 60×120 cm
2016 – “Vanité” 3, tirage sur papier argentique rc kodack – 25×33 cm
2016 – “Vanité” 4, tirage sur papier argentique rc kodack – 31×42 cm
2016 – “Ghost” 1, 2 et 3, tirages sur papier argentique rc kodack – 22×29 cm
2016 – “Skull in nature” 1, 2 et 3, tirages sur papier argentique rc kodack – 29×39 cm
2013 – “Nature morte” 1, 2 et 3 tirages sur papier baryté encollé sur alu dibond-60×80 cm